Espace membres

 

Le terme « eaux littorales » regroupe les masses d’eau de transition et la masse d’eau côtière.

 

Les masses d’eau de transition correspondent aux estuaires des fleuves. Elles montrent une salinité très variable du fait des apports continentaux importants et des courants bidirectionnels dus à la marée. Les limites des masses d’eau de transition se basent sur :

  • la limite amont de la mangrove,
  • la répartition des poissons, dont certaines familles sont caractéristiques des eaux douces et d’autres se rencontrent dans les eaux salées,
  • les limites de salinité

Huit masses d’eau de transition ont été délimitées dans l’état des lieux de 2006. Les limites ont été par la suite affinées, et réactualisées en fonction de la dynamique hydro-sédimentaire (dissociation des estuaires du Maroni et de la Mana). Aussi, le nouveau découpage compte 9 masses d'eau (Etat des lieux 2013)

 

 

eau_de_mer

 

 

Une masse d’eau côtière a été délimitée, elle correspond au domaine maritime au large de la ligne de côte. Cette masse d’eau est sous l’influence des fleuves côtiers (turbidité, apports d’eau douce et de contaminants). Les courants y sont principalement orientés du Sud-Est vers le Nord-Ouest et le temps de résidence d’éventuels polluants y est fortement réduit par rapport à celui de la masse d’eau estuarienne. Pour la DCE cette masse d’eau s’arrête à 1 mille nautique de la ligne de base.

 

 

 

 

Voir les cartes dans la rubrique Cartographie

Les extraits ci-dessous concernant l'état actuel des masses d'eau sont tirés de l'état des lieux du district 2013.