Espace membres

cr_kourouaiDélimitation en masses d'eau

 

 

 

Le réseau hydrographique de Guyane est extrêmement dense et très ramifié.
Pour les besoins de la DCE, les cours d’eau ont été découpés en masses d’eau, qui correspondent à des tronçons homogènes de cours d’eau.

 

 

 

 

Ce découpage résulte du croisement de deux types de données cartographiques :

  • les rangs de Strahler des différents cours d’eau. Etant donné l’importance du réseau hydrographique, des filtres sur la taille des bassins versants et la taille des cours d’eau ont été appliqués afin de réduire le nombre de masse d’eau et pouvoir en faire un suivi.
  • les hydro-écorégions de la Guyane :
    • le bouclier Guyanais  caractérisé par des roches imperméables très érodées, un réseau hydrographique dense sous forêt équatoriale, une pénéplaine d’où émergent des reliefs peu accusés.
    • la plaine littorale : constituée par des sédiments récents, des reliefs peu différenciés, des zones humides, une hétérogénéité spatiale.

Le SDAGE 2010-2015 considère 934 masses d’eau cours d’eau.

Suite à la publication du référentiel hydrographique BD Carthage(R) en 2010, le découpage des masses d'eau a été révisé. C'est pourquoi le district de la Guyane ne compte plus que 841 masses d'eau cours d'eau dans l'état des lieux 2013. Ce nouveau découpage de masses d'eau sera validé dans le prochain SDAGE 2016-2021 (révision en cours).

Voir les cartes dans la rubrique Cartographie

 

Etat actuel des masses d'eau

L'état des masses d'eau est évalué dans l'état des lieux du district. Dans le premier état des lieux (2006), un état glogal a été estimé sur la base des pressions exercées sur les cours d'eau. Les données acquises par les réseaux de suivis ont été utilisées dans le deuxième état des lieux (2013) pour évaluer le nouvel état des eaux. On distingue l'état écologique, basé sur des indicateurs biologiques et physico-chimiques, et l'état chimique. Les extraits ci-dessous sont tirés de l'état des lieux du district 2013.


Concernant le suivi hydrométrique, un réseau a été mis en place au début des années cinquante par l'Institut de Recherche pour le Développement (ex ORSTOM) à des fins scientifiques. Il a été rétrocédé en 2003 à la DIREN, qui s'est appuyée sur la DDE pour en assurer la gestion.Depuis le 1er janvier 2011 la DIREN et la DDE ont intégré la Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DEAL). Le réseau hydrométrique est dorénavant suivi par les services « Milieux Naturels, Biodiversité, Sites et Paysages » (MNBSP) et « Fluvial, Littoral, Aéroportuaire et Portuaire » (FLAP) de la DEAL.
En savoir plus sur le site de la DEAL

 

Voir les cartes dans la rubrique Cartographie