Espace membres

Caractéristiques du bassin de Guyane

 


La Guyane est le seul département français d’Amérique du Sud. D’une superficie d’environ 84 000 km², ses frontières administratives sont constituées principalement par deux grands fleuves : le Maroni, à l’ouest, marque la frontière avec les Suriname, et l’Oyapock, à l’est, la frontière avec le Brésil. Au sud, la frontière avec le Brésil est matérialisée par la ligne de partage des eaux avec le bassin de l’Amazone. Au nord, la Guyane est bordée par l’océan Atlantique.


La population, environ 240 000 habitants en 2012, est très inégalement répartie. L'essentiel de la population est concentré sur le littoral et le long des grands fleuves frontaliers. Les communautés de communes du centre littoral et des savanes, zones de concentration de l'activité économique (notamment Cayenne et Kourou), représentent 65 % de la population sur 20 % du territoire guyanais. La plus forte croissance est observée dans les zones longeant le Maroni, à la frontière avec le Suriname. A l’intérieur des terres, la population se répartit en petits bourgs le long des cours d’eau, ceux-ci servant à la fois pour le transport, la consommation alimentaire et sanitaire, et de lieu de pêche.

 

vignette_6

Télécharger la carte en PDF

 

 

Le climat de la Guyane est de type intertropical humide, les précipitations annuelles y sont en moyenne comprises entre 2 000 mm et 4 000 mm, très importantes dans le secteur de Kaw-Roura-Cacao, et moins importantes en direction du Sud-Sud-ouest ainsi que sur l’extrême Ouest du district. A titre d'exemple, il tombe en moyenne 3 800 mm/an de précipitations à Roura et plus de 2 400 mm/an à Maripasoula (normales 1981-2010).
Au cours de l’année, l’alternance des saisons sèche et humide est liée au passage de la zone intertropicale de convergence (ZIC) caractérisée par de nombreuses cellules convectives et génératrice de fortes précipitations.


D'après l'Unesco (2003), la Guyane est au troisième rang mondial en termes d'eau douce disponible, avec un volume de 800 000 m3/hab/an (derrière le Groenland et l’Alaska). A titre de comparaison, la moyenne mondiale de cette disponibilité en eau est de 1 800 m3/hab/an.


Avec un réseau hydrographique d’environ 35 000 km pour les seuls principaux cours d’eau (Le référentiel BD Carthage® répertorie 110 000 km de cours d'eau.) et un linéaire de côte de 350 km, l’eau constitue un patrimoine naturel très présent et d’une grande richesse. La Guyane présente des milieux aquatiques diversifiés : fleuves, criques, zones humides, estuaires, eaux littorales,... autant d’écosystèmes qui hébergent une diversité spécifique importante, avec notamment de nombreuses espèces endémiques.


Le réseau hydrographique est très dense, comme dans toutes les régions de type équatorial. L’ensemble des fleuves de Guyane se jette au nord du district, dans l’océan Atlantique. Les 6 principaux fleuves sont, d’ouest en est, le Maroni, la Mana, le Sinnamary, la Comté, l’Approuague et l’Oyapock. Ils présentent des variations annuelles similaires avec hautes eaux en mai et étiage marqué en octobre, tendance pouvant être marquée par une légère baisse des débits durant le petit été de mars. Le débit moyen peut atteindre près de 2 000 m3/s (Maroni).

 

En savoir plus sur les cours d'eau 


Le potentiel hydrogéologique de la Guyane, ainsi que la structure et le fonctionnement des masses d’eaux souterraines, sont étroitement liés à la géologie département. Ainsi, deux grands types de masses d’eau sont présentes en Guyane, les masses d’eau du socle (fissuré et fracturé) et celles des formations sédimentaires (poreuses) qu’elles soient situées le long du littoral ou d’extension très réduite le long des cours d’eau, dans les alluvions récentes.


En savoir plus sur les eaux souterraines